HISTOIRES ET LEGENDES D’UNE MERVEILLE BOTANIQUE

 

A travers les âges, l’Aloe a été vénéré par de nombreuses civilisations et cultures. Pour cette raison, l’Aloe a acquis le nom de plante divine.

Elle est utilisée depuis l’Antiquité dans le monde entier. Elle possède plusieurs surnoms.

Les Africains la surnommaient « lys du désert », les Indiens « bâton du ciel » et les Egyptiens « plante de l’immortalité »

Les médecins chinois considèraient l’Aloe vera comme la plante spécifique du traitement des brûlures et des affections de la peau.

La médecine ayurvédique de l’Inde estime l’Aloe. Considérée comme plante sacrée, elle participait aux rituels de sacrifices, et certaines de ses espèces étaient rigoureusement protégées.

Sur les bûchers funéraires, on place aujourd’hui encore des feuilles d’Aloe, symbole de naissance et d’éternité.

Dans l’Egypte ancienne, elle était la plante dont le « sang » donnait la beauté, la santé et l’éternité. Elle faisait partie du rituel d’embaumement et accompagnait le pharaon dans l’au-delà. Quand la plante fleurissait, cela signifiait que le défunt avait bien atteint l’autre rive.

D’après la légende égyptienne, on dit que les yeux de Cléopâtre devaient beaucoup de leur légendaire éclat à un collyre à base d’Aloe.

600 ans avant J.-C , la civilisation arabe  fut l’une des